Le Catalpa

L’établissement le Catalpa est dédié à l’accueil de 70 jeunes âgés de 13 à 18 ans, tous mineurs non accompagnés (MNA) en provenance de différents pays.  Un mineur non accompagné est un jeune arrivé sur le territoire français, privé de la protection de sa famille, responsable de lui.

La question de la prise en charge par les institutions compétentes des mineurs étrangers privés de la protection de leur famille sur le sol français se pose depuis le milieu des années 1990 et s’est renforcée au début des années 2010. L’État français a attribué aux départements la responsabilité de la prise en charge de ce public, dans le cadre plus large de sa mission de protection de l’enfance.

Le Département de l’Isère a alors délégué à la Sauvegarde Isère la responsabilité de proposer un accompagnement et un hébergement à ces jeunes mineurs sans référent ni responsable légal. L’établissement Le Catalpa a ainsi été créé spécifiquement en 2004 pour répondre à cette problématique spécifique.

Initialement prévu pour accueillir 15 jeunes, sa capacité a été augmentée dès 2010 pour répondre à un flux de plus en plus important. L’établissement héberge et accompagne aujourd’hui 70 mineurs étrangers.

Le Catalpa en images :

Le séjour et l’accompagnement au Catalpa

Les mineurs non accompagnés sont dirigés vers l’établissement par l’Association Dauphinoise Accueil Travailleurs Etrangers (ADATE) qui a pour mission l’accueil d’urgence, le département assure l’évaluation de la minorité et l’orientation de ces jeunes. Le Catalpa accompagne ensuite ces jeunes sur différents volets.

La santé

A leur arrivée, un bilan de santé complet est effectué. Du fait de leur parcours migratoire, il est nécessaire de dépister les maladies potentiellement contractées et de leur prodiguer les soins nécessaires. Ils empruntent ensuite le parcours de soin classique.

L’accompagnement psychologique est très important : l’exil n’est pas facile à vivre, particulièrement pour des mineurs. Un soutien est donc proposé aux jeunes qui pourraient en avoir besoin.

La scolarité, en vue de l’insertion dans un milieu scolaire ou professionnel

En premier lieu, une évaluation du niveau scolaire est effectuée par le Centre d'Information et d'Orientation (CIO), afin d’orienter les jeunes vers une filière scolaire : collège ou professionnalisation (CAP, BEP, bac pro…). Avant cette scolarisation, la Mission de Lutte contre le Décrochage Scolaire (MDLS) propose des cours de FLE (Français Langue Étrangère) et des cours de soutien. Souvent, l’apprentissage est à reprendre à la base. Les jeunes n’ont pas le niveau requis pour intégrer immédiatement le système scolaire.

Lorsque c’est possible, la structure aide les plus âgés à chercher un stage, une alternance ou un emploi afin de préparer au mieux leur insertion dans la société, sous réserve que ces jeunes bénéficient de papiers ou d’autorisation de travail sur le territoire.

 

Accompagnement administratif

L’accompagnement administratif est complexe et ardu : bien souvent, les filières qui ont amené les jeunes en France ont confisqué leur passeport, ce qui les empêche de pouvoir effectuer leurs demandes de papier. Ils doivent donc se rendre dans l’ambassade de leur pays d’origine, à Paris, pour commencer leurs démarches.

L’insertion sociale

La structure est hébergée sur un site du CREPS (Centre régional d’éducation physique et sportive) qui organise régulièrement des stages sportifs pour tous les âges. Les 15 mineurs accueillis au catalpa partagent alors leurs repas avec les stagiaires, leur permettant un début d’intégration avec des personnes de différents âges et origines.

55 jeunes sont hébergés dans des appartements en colocation sur l’agglomération grenobloise et doivent apprendre à gérer eux-mêmes un budget, à entretenir au quotidien un logement et gérer la vie en société. L’objectif est l’autonomie durable.

 

Après le Catalpa

L’établissement n’a pas vocation à garder les jeunes dans la durée. Il œuvre d’une part à la régularisation administrative du jeune, et d’autre part à l’insertion professionnelle et sociale.

Certains sortent avec un contrat d’apprentissage, un salaire et sont presque totalement autonomes. Ils font généralement un passage en Foyer jeunes Travailleurs où ils sont hébergés pour un modeste coût et peuvent bénéficier d’un accompagnement allégé.

Ceux qui ont besoin de poursuivre un travail sur l’autonomie seront orientés vers des dispositifs tels que l’AJA (Accompagnement Jeune Adulte).

 

Le Catalpa en quelques chiffres

L’équipe du Catalpa :
19 salariés : chefs de service, éducateurs, juriste, conseillère en économie sociale et familiale, ouvriers, d’entretien, surveillant de nuit, conseillé d’insertion.

Capacité et type d’hébergement :

15 places en interne et 55 sont réparties en colocation dans des logements en diffus sur l’agglomération grenobloise  

Durée de l’hébergement :

En 2016, ils étaient 28% à être restés plus de 12 mois.